Saint-Pierre-de-Lège

Rédigé le 23/06/2023
Constance Pluviaud


UN LIEU

La construction commencée sous François Ier ne fut terminée que sous Louis XIV. De style fortifié avec des petites ouvertures, l’église devint trop petite et fut démolie en 1925 pour être remplacée par l’église actuelle dont la construction commença en 1928. Bâtie au même emplacement, l’actuelle Saint-Pierre de Lège contient encore des vestiges (armoiries, chapiteaux) du bâtiment précédent. De style néo-roman, elle reste cependant typique du caractère rural de Lège. Le choix de saint Pierre comme protecteur de la commune fut remis en question le 29 juin 1770 : ce jour-là, un véritable ouragan s’abattit sur la commune qui dévasta les récoltes et noya le bétail. Une pétition fut adressée à l’archevêque, avec l’accord du curé, pour que les récoltes soient placées sous la protection de saint Blaise au motif que « Fau pas se mouca de lous Lege, lou Sen Pé ne bau ré de ré, nou en boulem mey, hique lou dehore » (Faut pas se moquer de nous, les Légeots, saint Pierre ne vaut rien, flanquons-le dehors). Il faut dire qu’autrefois, saint Blaise était un saint très populaire et renommé pour l’efficacité de son intercession.


UNE PRIÈRE

La volonté de Dieu, c’est ce que le Christ a fait et enseigné : L’humilité dans la conduite La fermeté dans la foi La retenue dans les paroles La justice dans les actions La miséricorde dans les œuvres La rectitude dans les mœurs. Être incapable de faire le mal Le tolérer quand il nous touche Garder la paix avec les frères. Chérir le Seigneur de tout son cœur Aimer en lui le Père Craindre Dieu. Ne rien préférer au Christ Lui-même n’a rien préféré à nous. S’attacher inébranlablement à son amour Se tenir à sa croix avec force et confiance. Dans la lutte pour son nom et son honneur Témoigner avec constance de sa foi. Montrer, sous la torture Cette confiance qui soutient notre combat Dans la mort, Cette persévérance qui nous obtient la couronne. C’est cela, vouloir être héritier avec le Christ C’est cela, obéir au commandement de Dieu C’est cela accomplir la volonté du Père.

Cyprien de Carthage (200 - 258 ap. J-C)


UNE ŒUVRE

Un chapiteau de l’ancienne église : une représentation moyenâgeuse de l’enfer ! La sculpture romane décore d’abord les chapiteaux dans les cryptes, les cloîtres et les églises. À la fin du XIe siècle, elle prend place sur la façade des églises, à la manière des antiques arcs de triomphes. Elle a une vocation pédagogique, celle d’enseigner la vie des apôtres, des saints et d’illustrer des passages de l’Ancien Testament.



Téléchargez le guide complet et partez à la découverte d'autres églises du Bassin d'Arcachon !


Crédit photo : Michel Wiedemann (vue intérieure)